Qui êtes-vous?

Qui êtes-vous?

Qui êtes-vous ? C’est la sempiternelle question, celle qu’agite l’imagination à la vue d’une existence à ce point condamnée au passé que sa livrée en noir et blanc semble avoir été sa réalité effective. L’abnégation de la couleur est-elle le prix de notre assentiment à leur vérité ? Ces gens pourtant ont vécu, et l’épicerie nichée sous ces arcades a fait reluire hier des pièces d’un argent dont la vivacité valait celui qui brille aujourd’hui sous le soleil. Un tenancier…

Lire la suite Lire la suite

Villeurbanne, l’éternelle, sur la piste de la magie

Villeurbanne, l’éternelle, sur la piste de la magie

Magie et Villeurbanne, deux mots affins, deux synonymes presque, à en croire le petit J-P. Bret illustré en trois volumes, édition 1946, le vocable « Villeurbanne » dérivant de sa racine étrusque « magicae » qu’il partageait par conséquent avec le mot « magie » lui-même, c’est-à-dire la magie. Depuis cette époque, où son étymologie d’ailleurs n’entretenait aucun lien avéré avec celle du fameux « Villa urbana », qui désignait, elle, très explicitement et fort exclusivement nos fameux Gratte-ciel, c’est-à-dire le centre du monde civilisé, de cet enchevêtrement…

Lire la suite Lire la suite

Cheminée, mémoire en fumée

Cheminée, mémoire en fumée

Les mois auront passé. J’aurai langui, indécis devant le seuil de la nouvelle année avant de ranimer ma détermination en la franchissant, entrainé par elle, et enfin déterrer les résolutions prises à la précédente. J’étrenne ainsi 2019  et son mois de janvier avec un petit communiqué patrimonial qui ne défrayera aucune chronique. Tout au contraire sa nature rassurante lui vaudra indubitablement une place méritée dans la rubrique des actualités urbaines ordinaires de cette estimable bourgade qu’est Villeurbanne-Les-Lyon. Je ne peux…

Lire la suite Lire la suite

Bye bye mes Charmettes (que j’aime)

Bye bye mes Charmettes (que j’aime)

Après des années d’attente les Charmettes, ci-devant hôpital, monument vivant du quartier Bellecombe, bientôt souvenir urbain et historique, achèvent leur carrière. La phase de démolition réelle des parties anciennes visibles de la rue s’est ouverte cette semaine. Le cliché offre un tableau incomparable. Les emblèmes des armateurs de cet ouvrage flottent au ciel comme un étendard qui remplit de fierté leurs propriétaires. Potain, pour la mécanique, croise fortuitement Pitance au firmament du génie. A leur vue, mon sentiment prit alors…

Lire la suite Lire la suite

L’impasse des Chalets, une histoire à la croisée de l’Avenue Berthelot et de la Route de Vienne

L’impasse des Chalets, une histoire à la croisée de l’Avenue Berthelot et de la Route de Vienne

Confiné jusqu’à ce jour dans la plus sereine confidentialité, le site industriel de l’impasse des Chalets va connaitre demain une consécration qui s’apparentera au vaste écartèlement attendu de tout grand territoire urbain en mutation. Cette étape signera l’éclatement des indéchiffrables et énigmatiques pièces qui le composent. Elles n’appartiennent nullement à une ère si lointaine que ne le veut croire notre génération, quoiqu’elle ait pris l’habitude de plisser les yeux devant leur figure, cherchant pour leur assigner une signification, que leur…

Lire la suite Lire la suite

Un coin d’histoire industrielle rue Marc Bloch

Un coin d’histoire industrielle rue Marc Bloch

5 rue Marc Bloch, une vitrine éteinte sous une enseigne muette qui n’invite plus au voyage. Ces choses déjà ne sont plus rien. Frappées d’une décadence qui éloigne encore de notre intuition leur réalité, à  peine semblent-elles avoir été. Les affres d’un délabrement mémoriel  prolongé finissent de légitimer l’effacement définitif et matériel. Sans parvenir à accomplir le court chemin qui conduit de l’objet vers sa substance, que la saleté et l’oubli ont effacée, plutôt que témoins nous voilà convoqués en…

Lire la suite Lire la suite

Villeurbanne-Ce que le PLU-H m’a enlevé

Villeurbanne-Ce que le PLU-H m’a enlevé

Parmi toutes les surprises que m’avaient réservées les promenades nécessaires à l’établissement du travail contributif sur le PLU-H, certaines n’étaient pas de nature à réjouir. La connaissance sacrifie sans vergogne l’innocence à la désillusion patrimoniale. Ce précepte sans doute se vérifie plus qu’ailleurs à Villeurbanne où les choses paraissent suspendues à un fil si fragile que le moindre coup de vent peut le rompre. Au cours des mois de mai à juin derniers mes balades ayant impulsé à mon regard…

Lire la suite Lire la suite

Villeurbanne-Ce que le PLU-H m’a apporté

Villeurbanne-Ce que le PLU-H m’a apporté

Sur la fin du mois de mai et au tournant de celui de juin 2018, tous mes efforts se sont dirigés vers l’examen de Villeurbanne. Ainsi, c’est dans le cadre de l’enquête publique ouverte pour la révision du PLU-H de la Métropole de Lyon, que je me suis consacré à une contribution sous forme d’un mémoire patrimonial à destination de la commission d’enquête. Cette contribution est visible ici et elle a été déposée au nom de notre association La Ville…

Lire la suite Lire la suite

Les étables aux cent vaches de l’Avenue de Saxe et le parc de la Tête d’Or (2)

Les étables aux cent vaches de l’Avenue de Saxe et le parc de la Tête d’Or (2)

L’exercice du fermier Estienne Juillet arrive à terme. Le temps des fenaisons annonce pour Caubet la fin de son entreprise et son départ de la ferme du parc. Au 1er août 1871, selon les dispositions prévues, Prosper Estienne se substitue à lui et prend possession des lieux. Une série d’évènements houleux marque le début du fermage et décide rapidement du climat relationnel. Le nouveau fermier du parc de la Tête d’Or va nouer avec sa hiérarchie du service de la…

Lire la suite Lire la suite

Les étables aux cent vaches de l’Avenue de Saxe et le parc de la Tête d’Or

Les étables aux cent vaches de l’Avenue de Saxe et le parc de la Tête d’Or

Une ferme aux cent vaches, Avenue de Saxe à Lyon Avenue de Saxe à Lyon, l’immeuble portant le numéro 138  doit être regardé comme une singularité méritant un détour que je ne saurais trop recommander. Ce ne sont pas pourtant ses dehors qui le signalent spécialement : une façade un peu trop étendue sur la rue et souffrant sous cet étirement de longueur d’une légère aberration de proportion entretenue autant dans son rapport avec sa hauteur, mesquine et sans essor, qu’avec la…

Lire la suite Lire la suite