Archives de
Étiquette : Démolition

Bye bye mes Charmettes (que j’aime)

Bye bye mes Charmettes (que j’aime)

Après des années d’attente les Charmettes, ci-devant hôpital, monument vivant du quartier Bellecombe, bientôt souvenir urbain et historique, achèvent leur carrière. La phase de démolition réelle des parties anciennes visibles de la rue s’est ouverte cette semaine. Le cliché offre un tableau incomparable. Les emblèmes des armateurs de cet ouvrage flottent au ciel comme un étendard qui remplit de fierté leurs propriétaires. Potain, pour la mécanique, croise fortuitement Pitance au firmament du génie. A leur vue, mon sentiment prit alors…

Lire la suite Lire la suite

L’impasse des Chalets, une histoire à la croisée de l’Avenue Berthelot et de la Route de Vienne

L’impasse des Chalets, une histoire à la croisée de l’Avenue Berthelot et de la Route de Vienne

Confiné jusqu’à ce jour dans la plus sereine confidentialité, le site industriel de l’impasse des Chalets va connaitre demain une consécration qui s’apparentera au vaste écartèlement attendu de tout grand territoire urbain en mutation. Cette étape signera l’éclatement des indéchiffrables et énigmatiques pièces qui le composent. Elles n’appartiennent nullement à une ère si lointaine que ne le veut croire notre génération, quoiqu’elle ait pris l’habitude de plisser les yeux devant leur figure, cherchant pour leur assigner une signification, que leur…

Lire la suite Lire la suite

Un coin d’histoire industrielle rue Marc Bloch

Un coin d’histoire industrielle rue Marc Bloch

5 rue Marc Bloch, une vitrine éteinte sous une enseigne muette qui n’invite plus au voyage. Ces choses déjà ne sont plus rien. Frappées d’une décadence qui éloigne encore de notre intuition leur réalité, à  peine semblent-elles avoir été. Les affres d’un délabrement mémoriel  prolongé finissent de légitimer l’effacement définitif et matériel. Sans parvenir à accomplir le court chemin qui conduit de l’objet vers sa substance, que la saleté et l’oubli ont effacée, plutôt que témoins nous voilà convoqués en…

Lire la suite Lire la suite

Villeurbanne-Ce que le PLU-H m’a enlevé

Villeurbanne-Ce que le PLU-H m’a enlevé

Parmi toutes les surprises que m’avaient réservées les promenades nécessaires à l’établissement du travail contributif sur le PLU-H, certaines n’étaient pas de nature à réjouir. La connaissance sacrifie sans vergogne l’innocence à la désillusion patrimoniale. Ce précepte sans doute se vérifie plus qu’ailleurs à Villeurbanne où les choses paraissent suspendues à un fil si fragile que le moindre coup de vent peut le rompre. Au cours des mois de mai à juin derniers mes balades ayant impulsé à mon regard…

Lire la suite Lire la suite

Maisons, plus neuves tu meurs, et place pour la Concorde

Maisons, plus neuves tu meurs, et place pour la Concorde

Inscrite depuis peu au registre des regrettables accidents villeurbannais, la maison formant l’angle des rues Paul Péchoux et de Genas, au même titre que sa voisine, consacre l’inexorable déclin du quartier des Maisons Neuves et son irréversible dégringolade qui n’est pas née d’hier et ne finira pas non plus demain. Bientôt l’entrée villeurbannaise située au débouché de l’Avenue Felix Faure offrira à la vue non plus l’apparence aérée, chaleureuse et d’aspect faubourien qu’elle a longtemps revêtue mais, tel le vulgaire avant-coureur de la détresse urbaine et architecturale…

Lire la suite Lire la suite

Confessions devant la cabane de Baba Yaga

Confessions devant la cabane de Baba Yaga

La multiplication des sujets et, avec elle, de récentes exigences de les mener à fond, a produit sur moi de désastreux effets : je n’ai de temps que de commencer de recherches sans jamais trouver celui d’en voir le bout. A Lyon comme à Villeurbanne, été, automne et hiver se sont succédé avec leurs lots de chambardements urbains.  Pluies, grêles, flocons, lit de feuilles ou de neige, ont dressé d’ultimes couvertures à tant de vieux toits tombés depuis sans recueillir aucun…

Lire la suite Lire la suite

Démolitions, 71 rue bellecombe, 14 et 16 rue germain.

Démolitions, 71 rue bellecombe, 14 et 16 rue germain.

Avec ses espaces dégagés et arasés de verdure, Ce charmant pan coupé dessiné entre les rues Germain et  Bellecombe ressemblait à une résurgence d’un autre temps.  Captive dans cet assoupissement de branches, cette touche de couleur étonnait la longévité.  Minuscule mais orgueilleuse flaque tout irisée d’émeraude, elle s’était, pour traverser jusqu’à nous les décennies, affairée docilement aux besognes requises d’elle dans la succession des hommes et des heures. Depuis longtemps déjà pourtant ses murs, ses arbres, n’avaient de force qu’à…

Lire la suite Lire la suite

Démolitions diverses, rue Marius Berliet

Démolitions diverses, rue Marius Berliet

Sujette à diverses transformations en divers points, la rue Marius Berliet méritait son petit mélange. Des prestigieuses usines de construction automobile Berliet, dont l’importance avait raflé son nom à l’ancienne route d’Heyrieux, ne subsistent aujourd’hui que de méconnaissables loques. Ces vastes tènements industriels pourtant enjambaient allégrement la rue Audibert lavirotte qui ne semblait avoir été tracée que pour eux, et allaient occupant la meilleure part de deux ilots de maisons délimités par les rues de l’épargne, la route d’Heyrieux (future…

Lire la suite Lire la suite

Démolition Mondial Tissu, 305 Cours Emile Zola, Villeurbanne

Démolition Mondial Tissu, 305 Cours Emile Zola, Villeurbanne

Mondial Tissu a déménagé. Il a demeuré dans le quartier Flachet de Villeurbanne mais s’est déplacé légèrement vers l’ouest le long du Cours Emile Zola. Après ce départ, l’ancien site industriel de la rue Greuze qui l’abritait était appelé à de profondes modifications. J’en ignorais la teneur. Car, même en retournant en tous sens le panneau du permis de construire affiché là, qui m’annonçait une extension couplée à une surélévation, mes attentes restaient déçues et coincées sous ce sobre verdict…

Lire la suite Lire la suite

Démolition 53 et 55 rue Paul Verlaine, Villeurbanne

Démolition 53 et 55 rue Paul Verlaine, Villeurbanne

En jetant un œil au dernier numéro du Viva, revue mensuelle gratuite émanant de la municipalité villeurbannaise, je suis tombé nez à nez, pages 18 et 19, avec un article traitant de certain concours photo Instagram lancé à son initiative. Il célébrait les façades de la ville en récompensant le plus beau cliché.  L’impression de familiarité du cliché de la façade qui avait inspiré le lauréat me força à loucher d’un peu plus près sur la double page du Viva…

Lire la suite Lire la suite