37 rue Anatole France, dernière touche

37 rue Anatole France, dernière touche

Hier, avant-hier, alors que des griffes d’acier creusaient dans le gris d’une mémoire dont l’accumulation, la force de mon implication auprès d’elle, m’affligeait comme d’un trou dans ma propre cervelle, je revins trouver Madame C**. Elle avait retrouvé pour moi, et sur ma prière, d’anciens clichés photographiques. Leur usage visait à restituer avec plus de précision certaines dispositions spatiales et matérielles des lieux situés autour de la maison de Jean Alamercery, au 37 rue Anatole France à Villeurbanne. On y…

Lire la suite Lire la suite

La rue de la Viabert/ Anatole France, au passé.

La rue de la Viabert/ Anatole France, au passé.

En parcourant l’ancien chemin de la Viabert, dépassez le quartier Bellecombe qu’il traverse à Lyon mais faîtes halte avant d’atteindre le Cours de la République. Là, plantez le regard, prenez la mesure du paysage environnant et vous constaterez qu’en dédaignant de vous rendre d’une seule foulée aux Gratte-ciel, c’est-à-dire dans les années trente qui y sont couronnées avec faste, vous aurez immobilisé votre course quelques décennies plus tôt sur la flèche du temps. Et c’est un égarement heureux. A cet…

Lire la suite Lire la suite

Toulouse, Albi, Gaillac (fin)

Toulouse, Albi, Gaillac (fin)

Dépaysement, et cheminement vers l’immersion. Ce sud, c’est un amoncellement de briques, un ballet continu de volets extérieurs baillant, le tout cadencé aux pans de bois. Méconnus à Lyon, ils suffisent à étreindre le visiteur d’un sentiment de profond dépaysement. Albi et Gaillac en donnent une très chaleureuse expression et même encore quand le soleil s’oublie de l’autre coté des nuages. Glissant de Toulouse, capitale de la nouvelle grande région d’Occitanie, jusque vers Albi, puis de là vers Gaillac, respectivement…

Lire la suite Lire la suite

Maisons, plus neuves tu meurs, et place pour la Concorde

Maisons, plus neuves tu meurs, et place pour la Concorde

Inscrite depuis peu au registre des regrettables accidents villeurbannais, la maison formant l’angle des rues Paul Péchoux et de Genas, au même titre que sa voisine, consacre l’inexorable déclin du quartier des Maisons Neuves et son irréversible dégringolade qui n’est pas née d’hier et ne finira pas non plus demain. Bientôt l’entrée villeurbannaise située au débouché de l’Avenue Felix Faure offrira à la vue non plus l’apparence aérée, chaleureuse et d’aspect faubourien qu’elle a longtemps revêtue mais, tel le vulgaire avant-coureur de la détresse urbaine et architecturale…

Lire la suite Lire la suite

Toulouse, Albi, Gaillac (suite)

Toulouse, Albi, Gaillac (suite)

Briques au sud, sentiment, harmonie et discorde. A Toulouse s’impose une couleur, celle de la brique foraine, brique de terre cuite, de tradition romaine, rouge et de forme très allongée. Son assiduité en fait la ville française la mieux pourvue en ce domaine, et elle constitue une expérience fondamentalement déconcertante pour un lyonnais non averti. Son emploi, enfin, qui s’est étendu assez durablement au fil des époques, participe de la qualité de composition des ensembles. J’ai parlé de cohérence et…

Lire la suite Lire la suite

Toulouse, Albi, Gaillac

Toulouse, Albi, Gaillac

Mi janvier, gagné par la grisaille lyonnaise, l’espérance d’un soleil moins vagabond me persuada de sortir de chez moi pour remonter la route du vent du sud. Malgré mes espoirs trompés, en voyage l’envie me prit ensuite de coucher par écrit mes impressions pour les partager. Aucune des trois villes dont il va être question ne m’était connue. Tout ce que je raconte ne vaut jamais que comme témoignage accompli en grand écart forcé depuis mon pas de porte, comme…

Lire la suite Lire la suite

Les Etablissements Marmonier à Lyon

Les Etablissements Marmonier à Lyon

Le sujet dont je veux ouvrir aujourd’hui la première page s’est imposé à moi à une date relativement récente. A sa découverte, en septembre dernier, j’avais bouleversé mes plans et éclipsé tous les anciens sujets que je méditais depuis des semaines. L’obligation, presque le devoir, de ne pas retarder sa présentation tenait à une motivation très simple. Il se trouve que le bâtiment dont il s’agit était visible depuis l’entrée des archives départementales où je me rends quotidiennement. En clair…

Lire la suite Lire la suite

Confessions devant la cabane de Baba Yaga

Confessions devant la cabane de Baba Yaga

La multiplication des sujets et, avec elle, de récentes exigences de les mener à fond, a produit sur moi de désastreux effets : je n’ai de temps que de commencer de recherches sans jamais trouver celui d’en voir le bout. A Lyon comme à Villeurbanne, été, automne et hiver se sont succédé avec leurs lots de chambardements urbains.  Pluies, grêles, flocons, lit de feuilles ou de neige, ont dressé d’ultimes couvertures à tant de vieux toits tombés depuis sans recueillir aucun…

Lire la suite Lire la suite

Démolitions, 71 rue bellecombe, 14 et 16 rue germain.

Démolitions, 71 rue bellecombe, 14 et 16 rue germain.

Avec ses espaces dégagés et arasés de verdure, Ce charmant pan coupé dessiné entre les rues Germain et  Bellecombe ressemblait à une résurgence d’un autre temps.  Captive dans cet assoupissement de branches, cette touche de couleur étonnait la longévité.  Minuscule mais orgueilleuse flaque tout irisée d’émeraude, elle s’était, pour traverser jusqu’à nous les décennies, affairée docilement aux besognes requises d’elle dans la succession des hommes et des heures. Depuis longtemps déjà pourtant ses murs, ses arbres, n’avaient de force qu’à…

Lire la suite Lire la suite

L’inventaire participatif du pisé

L’inventaire participatif du pisé

L’année dernière le Musée des confluences lançait un inventaire participatif du pisé de terre dans l’agglomération lyonnaise, lequel suit actuellement son cours. Fort de mes cas lyonnais, et surtout villeurbannais, j’ai eu l’occasion de tester cet inventaire, y contribuer au moyen de mes propres travaux, clichés photos. C’est bien l’avantage de pouvoir disposer à sa guise d’autant d’écorchés et autres coupes transversales dans une ville dont on démolit tant de bouts à la fois. Ce samedi matin Emmanuel Mille, architecte,…

Lire la suite Lire la suite